"Peut-être un jour sur ce coin de l'Artois on élèvera
un monument pour commémorer cet élan de fraternité
entre des hommes qui avaient l'horreur de la guerre
et qu'on obligeait à s'entre-tuer malgré leur volonté"

Louis Barthas


Sous le Haut Patronage de
Monsieur François Hollande
Président de la République


© Photo : J. Sauval-Schmutzler - 17/12/2015
En présence de Jean-Marc Todeschini
Secrétaire d'État chargé
des Anciens Combattants et de la Mémoire

Daniel Percheron,
Sénateur du Pas-de-Calais
Président de la Région Nord-Pas-de-Calais
Philippe Rapeneau,
Président de la Communauté Urbaine d'Arras
Michel Dagbert,
Président du Département du Pas-de-Calais
Jean-Pierre Puchois,
Maire de Neuville-Saint-Vaast
Christian Carion,
Association Noël 14

Avec la participation de la famille Barthas
Le témoignage de Louis Barthas se hisse parmi les grands gestes
qui ont préfigurés l'Europe de la Paix.


Étaient également présents :
Gérard Larcher,
Président du Sénat
Fabienne Buccio,
Préfète du Pas-de-Calais
Xavier Bertrand,
Président de la nouvelle Région


Blason de Neuville-Saint-Vaast
(Pas-de-Calais)


Inauguration du
MONUMENT
DES FRATERNISATIONS

Jeudi 17 décembre 2015

"Lorsque l'essentiel est en jeu, il n'y a qu'une réponse :
l'humanité et le rassemblement qui seront toujours victorieux"

François Hollande


© Photo : J. Sauval-Schmutzler - 17/12/2015

Par mesure de sécurité, le rendez-vous était fixé à Arras d'où des navettes transportaient les invités
sur le lieu de la cérémonie.
Là après vérification de l'identité, de l'invitation, le passage sous portique, la fouille des sacs et le déclenchement à vide de l'appareil photo, l'entrée dans le grand chapiteau dressé pour l'événement était autorisée.
Le chapiteau se remplit au rythme des vérifications, sécurité oblige.

Un badge commémoratif était offert à chaque personne.


© Photo : J. Sauval-Schmutzler - 17/12/2015

 
Le chapiteau se remplit tout doucement.
© Photos (2) : J. Sauval-Schmutzler - 17/12/2015

Bientôt un bruit parcourt la salle : le Président de la République est arrivé. Sur écrans géants nous le voyons avancer vers le monument tenant deux enfants par la main. En présence de nombreuses personnalités, le président dévoile le monument : sur des panneaux transparents des silhouettes colorées de soldats français, allemands, anglais sans arme. Puis les hymnes allemand, français et anglais retentissent. Dans le chapiteau les gens se lèvent.

© Photo : J. Sauval-Schmutzler - 17/12/2015

Le Président de la République accompagné des personnalités quitte le monument pour venir sous le chapiteau. Nous écoutons solennellement les discours des différentes autorités et en dernier, celui du Président de la République. Tous ces discours relatent entre autres, les difficultés pour pouvoir arriver à cette journée qui répond aux vœux du caporal Louis Barthas, dont l'espoir était qu'un jour la France reconnaisse leur courage : la fraternisation avec l'ennemi.

 
Monsieur le président de la République et monsieur le président du Sénat en grande conversation.
© Photos (2) : J. Sauval-Schmutzler - 17/12/2015

Le caporal Louis Barthas, il y a 100 ans en décembre 1914, avait décrit ces scènes de fraternisations entre soldats ennemis français, allemands et britanniques au moment de Noël dans un de ses 19 carnets de guerre (parus dans un livre de 500 pages). Christian Carion a révélé ces scènes largement ignorées dans son magnifique film " Joyeux Noël ". Ensuite il a cherché comment faire aboutir le vœu du caporal. Il s'est battu avec l'aide du Président de la communauté urbaine d'Arras et du Président du Conseil départemental Nord-Pas-de-Calais pour trouver les fonds et y arriver. L'an dernier à l'inauguration de " l'Anneau de la Mémoire " ou " Mémorial international de Notre-Dame-de-Lorette " le Président de la République a promis de soutenir le projet et de venir l'inaugurer.

 
Scènes de fraternisations.
© Photos (2) : J. Sauval-Schmutzler - 17/12/2015

Les deux promesses ont été tenues : le monument a vu le jour et le Président de la République l'inaugure un an plus tard. Tous les discours étaient très émouvants et, dans ces temps difficiles, veulent donner l'ESPOIR QUE LA FRATERNISATION L'EMPORTE SUR LA BARBARIE.

Cette journée a été très riche. Les moments de fraternisation pendant lesquels les soldats voulaient oublier l'atrocité de la guerre, peuvent être rapprochés des moments heureux qu'ont vécu les parents d'enfants de la guerre, qui eux aussi, avaient oublié qu'ils étaient ennemis : TOUS ÉTAIENT D'ABORD DES ÊTRES HUMAINS.


Discours prononcé par
Monsieur François Hollande
Président de la République

lors de l'inauguration du
"Monument des Fraternisations"

Hymne des Fraternisés de Philippe Rombi (Piano : Fabrice Pantais)
Hymne des Fraternisés de Philippe Rombi ((COGEN) Choeur et Orchestre des Grandes Écoles de Nantes)


Un monument en mémoire des fraternisations
à Neuville-Saint-Vaast


EINWEIHUNG (" du MONUMENT DES FRATERNISATIONS ")
" DES DENKMALS DER BRÜDERLICHKEIT"
mit FRANÇOIS HOLLANDE
in Neuville-Saint-Vaast am 17. Dezember 2015

Aus Sicherheitsvorkehrung war die Verabredung in Arras, woher Pendelbusse die Gäste auf das Ort der Feierlichkeit transportierten. Da nach Überprüfung der Identität, der Einladung, nach dem Durchgang unter Säulengang, nach der Durchsuchung der Taschen und des Fotoapparats wurde der Eingang in dem großen für das Ereignis aufgebauten Zelt gestattet. Ein Anstecker war geschenkt. Das Zelt fülle sich je nach den Überprüfungen.

Bald füllt ein Geräusch das Zelt: der Staatspräsident ist da. Auf riesigen Bildschirmen sehen wir ihn in Richtung des Denkmals fortzuschreiten. Er hält zwei Kinder mit der Hand. In großen Persönlichkeiten Gegenwart enthüllt er das Denkmal: auf durchsichtigen Schilder farbigen Figuren von französischen, deutschen, englischen Soldaten ohne Waffe. Dann sind die deutsche, französische, englische Hymnen gespielt. Im Zelt stehen die Leute auf.

Mit den Persönlichkeiten begleiteter verlässt der Staatspräsident das Denkmal, um unter das Zelt zu kommen. Feierlich hören wir die Reden der Persönlichkeiten und zuletzt die Rede des Staatspräsidenten an. All diese Reden erzählen unter anderem von den Schwierigkeiten, um diesen Tag leben zu können. Dieser Tag entspricht Wünschen des Gefreiten Louis Barthas, dessen Hoffnung war, dass eines Tages Frankreich ihren Mut wieder erkennt: die Brüderlichkeit mit dem Feind.

Vor 100 Jahre im Dezember 1914 hatte der Gefreite Louis Barthas diese Brüderlichkeitsszenen zwischen französischen, deutschen, englischen Soldaten zu Weihnachten in einem seiner 19 Kriegshefte beschrieben (in einem Buch -500 Seiten- veröffentlicht). Christian Carion hat diese reichlich verkannten Szenen in dem Film "Frohe Weinachten" aufgedeckt. Dann hat er gesucht, wie an dem Wunsch des Gefreiten enden zu lassen. Er hat mit dem Vorsitzenden von der Gemeinschaft von Arras und dem Vorsitzenden des Rats von dem Departement Nord-Pas-de-Calais gekämpft, um es zu schaffen. Letztes Jahr während der Einweihung von "Ring des Gedächtnis" oder "Internationales Denkmal von Notre-Dame-de-Lorette" hat der Staatspräsident versprochen, das Projekt zu unterstützen und zu kommen, um es zu einweihen.

Beide Versprechen sind gehalten worden. Das Denkmal ist da und der Staatspräsident weiht es ein. Alle Reden waren sehr ergreifend und wollen während dieser schwierigen Zeiten DIE HOFFNUNG GEBEN, DASS DIE BRÜDERLICHKEIT STÄRKER ALS DIE BARBAREI IST.

Dieser Tag war sehr reich. Die Momente von Brüderlichkeit, während der die Soldaten die Schecken des Kriegs vergessen wollten, können Zusammenhang glücklichen Momente gebracht sein, die unsere Eltern gelebt haben; sie selbst auch hatten vergessen, die sie Feinde waren: ALLE WAREN ZUNÄCHST MENSCHEN.


Françoise
Sauval-Schmutzler



(Photos du monument à venir)

Retour-Zurück

Vie de l'amicale
Was sich so alles tut...